Actualités

Jul 5, 2013

Experimenter des milieux inhabituels en travaillant en Australie


Avec moins de 5% de chomage et des salaires moyens plutôt élevés (entre 17 et 25 dollars de l'heure) le working holiday visa peut offrir une bonne alternative de voyage aux globe trotteurs qui souhaitent faire une pause et par la même occasion recharger leur compte en banque en travaillant en Australie.

Category: Australie
Posted by: admin

Avec moins de 5% de chomage et des salaires moyens plutôt élevés (entre 17 et 25 dollars de l'heure) le working holiday visa peut offrir une bonne alternative de voyage aux globe trotteurs qui souhaitent faire une pause et par la même occasion recharger leur compte en banque en travaillant en Australie. Je ne devais rester que 3 semaines dans ce pays et cela fait pourtant aujourd'hui 9 mois que je suis arrivé à Melbourne! Comme je n'avais plus beaucoup d'argent en arrivant dans le pays pour continuer mon voyage autour du monde j'ai décidé de ne pas en faire pour autant l'impasse en faisant la demande d'un Working Holiday Visa. La demande de ce visa est extrêmement simple, il suffit de remplir un formulaire sur le site du gouvernement et un virement de 365 dollars plus tard vous recevez votre visa! (http://www.immi.gov.au/allforms/pdf/990i.pdf) Partant?

 

 

Une fois dans le pays vous pouvez alors

- ouvrir un compte en banque australien (j'ai opté pour Commonwealth et n'ai jamais eu à me plaindre)

- vous munir d'un téléphone portable avec un numéro australien

- faire la demande d'un TFN (tax file number, la demande se fait en ligne: http://www.immi.gov.au/living-in-australia/settle-in-australia/to-do-first/apply-for-tfn.htm)

Le tour est joué, vous êtes enfin prêt à partir à la recherche d'un travail comme des milliers d'autres backpakers venus des quatre coins du globes!

Un de mes objectifs en arrivant en Australie était de m'éloigner des villes afin de pouvoir économiser plus rapidement et surtout de m'immerger complétement dans le pays en évitant le sentier tout tracé des backpackers. Je ne regrette pas ce choix car il m'a permis de vivre des expériences peu ordinaires en travaillant dans des milieux plutôt inhabituels et d'expérimenter des environements particuliers propres à l'Australie. Très vite j'ai réalisé que le choix du travail en lui même n'avait pas vraiment d'importance, mon but n'etant pas d'enrichir mon CV ou de me concentrer sur une carrière - du moins pas pour l'instant en Australie. La vraie question était plutôt de savoir ce que je voulais voir du pays et dans quel cadre je voulais vivre. Le travail n'a alors été qu'un prétexte pour me rendre à tel ou tel endroit. En effet, tous mes déplacements et mon itinéraire en Australie ont été déterminés par les emplois que j'ai accumulés sur une période de dix mois.

 

 

L'une des principales caracteristiques de l'Australie c'est sa superficie. Pour vous faire une idée avec ses 5 états le pays peut contenir 15 fois la France! Un européen peut se sentir très rapidement dépassé par les longues distances. Par exemple, l'Etat du Queensland à lui tout seul peut contenir 3 fois la France et 5 fois l'Allemagne! Pas facile donc de savoir où se diriger. A mon arrivée l'une des choses qui m'intriguait le plus c'était l'outback avec son sable orange qu'on voit dans les films et qui représente 80% du pays. L'Australie a beau être gigantesque, c'est un pays vide et aride dont la plupart des paysages n'ont jamais été touchés par l'homme. Un endroit idéal – à priori - donc pour économiser pendant quelques mois loin des tentations des villes. Je décide donc de rechercher un travail dans une roadhouse. Les roadhouse sont des stations services qui se trouvent sur les routes de l'outback où les routiers peuvent s'arrêter pour faire le plein et manger. Je m'empare donc des pages jaunes et ce sont des centaines et des centaines de roadhouse qui y sont listées. Je me munis donc d'un peu de patience et décide de les appeler une par une. La plupart des personnes à qui je m'adresse ne sont pas interessées et sont même très désagréables dans l'ensemble. J'aurais peut être dû abandonner cette piste après cette première constatation! Après tout, à titre de comparaison, imaginez un jeune australien qui débarque juste en France pour travailler et qui décide d'aller s'enterrer en plein milieu du pays dans un trou perdu. Vraiment pas sûr qu'il fasse les meilleurs rencontres de sa vie mais en tout cas il est à peu près sûr de s'en rappeler. Bref je m'acharne et cela devient de pire en pire. Pour la première fois de ma vie je suis directement confronté à du racisme:

- Bonjour, je m'appelle Morgan, je recherche du travail en ce moment et je me demandais si vous ne recherchiez pas quelqu'un?

- Tu es d'où Morgan?

- Je suis français.

- Eh bien tu sais quoi, on a trop de putains de français dans ce pays et je comprends même pas ce qu'ils disent!

Ou encore:

- Désolé je ne comprends pas ce que tu dis!

mais aussi:

- Tu ne sais même pas parler anglais mec!

Pourtant,  ENFIN:

- Quand est ce que tu peux commencer?

Au moins 100 appels et insultes plus tard me voilà enfin sur une piste!

Une semaine et 2000 kilomètres plus tard j'obtenais ce que je voulais et je commencais mon premier emploi en Australie, bel et bien la pire expérience de mon voyage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

 Add a Review of this item 
Comment Title:
Your Name:
Your Email Address:
Additional Comments:
 

 

Categories

© Copyright 2011–2018 Morgan Around the World All rights reserved.
made by: Rajat and Lukas