Actualités

Aug 18, 2013

Expérimenter des milieux inhabituels en travaillant en Australie: le "faux wwoofing" dans la ferme aux bananes


Rejoins moi devant le café du centre commercial. Je porterai un chapeau de cow boy.” Et voilà que commence ma dernière aventure dans les milieux ruraux d’Australie pour avoir la possibilité d’obtenir mon deuxième visa de travail.

Category: Australie
Posted by: admin

Rejoins moi devant le café du centre commercial. Je porterai un chapeau de cow boy.”

Et voilà que commence ma dernière aventure dans les milieux ruraux d’Australie pour avoir la possibilité d’obtenir mon deuxième visa de travail. Je déménage donc avec 4 autres backpackers le 25 juin dans une ferme qui produit des bananes dans le petit village de Mareeba situé dans les terres à moins d’une heure de Cairns.

 

 

J'ai répondu à une annonce de wwofing sur le site helpx. Un wwoofing qui n'en ai pas vraiment un en fait puisqu'on ne vit pas avec une famille, on est rémunéré à la place d'être nourri et on travaille 38 heures par semaines! J'avais déjà entendu parlé auparavant de ces “faux wwoofing,” un moyen très intelligent de la part de certains fermiers d'éviter de payer les backpackers le salaire minimum. Donc pour vous donner une idée on travaille 38 heures par semaine mais 30 sont considérées comme du wwoofing (6 heures par jour) et les 8 autres nous sont payés à 100 dollars soit 12,50 dollars de l'heure. Heureusement on nous donne 160 dollars chaque semaine pour la nourriture; ce qui nous fait en fin de semaine 260 dollars pour 38 heures de travail... soit moins de 7 dollars de l'heure!!! A ce stade de mon voyage je ne comptais plus gagner de l'argent – j'étais déterminé à faire du wwoofing pendant trois mois – j'ai donc accepté cette offre en me disant que quelques dollars en plus avant d'entamer mon roadtrip en Asie seraient toujours bienvenus.

 


 

La particularité de cette ferme à bananes...c'est qu'elle n'en produit pas! Le ramassage de bananes est réputée pour être très physique vu le poid des bananes mais les champs de bananes dans cette ferme sont pas du tout entretenus. En deux mois nous avons dû faire moins d'une semaine de ramassage! Le travail n'est donc pas physique en général et varie beaucoup: on coupe les feuilles mortes des arbres, on irrigue les bananiers, ou on nettoie la base des arbres...Moi qui n’avait jamais vu de bananier me voilà servi!

 


 

Même si deux mois en ferme peuvent sembler interminables tout s'est plutôt bien passé dans l’ensemble mais j'ai à nouveau été confronté à la réalité du monde rural auquel j’avais déjà dû faire face à mon arrivée en Australie. Un dimanche alors que nous êtions assis sur l'esplanade à Cairns à côté de la piscine publique, un des employés de la ferme qui était avec nous lance une blague:

L'eau doit être chaude avec tous ces petits aborigènes qui pissent dans la piscine!”

Probablement déçu de ne pas nous voir rouler parterre en pleurant de rire, il se sent alors obligé de justifier sa remarque en nous disant qu'enfant sa mère ne le laissait jamais se baigner dans les piscines publiques car elles sont fréquentées par les aborigènes! Ceci n'est juste un petit exemple déplorable parmis tant d'autres...La succession des rencontres que j’ai faîtes dans ces milieux isolés continuent de m’exaspérer et me prouvent une fois de plus que les locaux peuvent être extrêmement racistes, parfois désagréables et souvent ignorants. Une conclusion que j’avais malheureusement déjà tirée à mon arrivée lorsque j'ai travaillé à la station essence en octobre dernier (voir article La maison de l'enfer), au Nord du Queensland. C’est donc avec une certaine deception et lassitude que je vis mes dernières semaines en Australie mêlées à l’impatience de quitter le pays pour pouvoir continuer mon voyage et d’aller à la rencontre d’autres cultures.

 


 

Je ne regrette néanmoins pas d’avoir voyagé jusque là. J'ai partagé cette experience avec d'autres backpackers avec lesquels je me suis très bien entendu. De plus nous vivons dans une partie de l’Australie que peu de voyageurs ont la chance de voir: la région des Tablelands qui est un plateau fertile qui fait partie de la longue chaîne de montagnes des Great Divide Range (3500 kilomètres, ce qui en fait la 3ème plus grande chaîne de montagne du monde!) Nous sommes entourés par de magnifiques collines verdoyantes. En fin d’après midi de la maison des proprietaires qui est située sur une colline nous pouvons admirer des couchés de soleil spectaculaires. Au moment où le soleil disparaît derrière les montagnes le ciel et les nuages prennent des couleurs surnaturelles qui nous font aussitôt oublier le monde désolant de la ferme.

 


Comments

 Add a Review of this item 
Comment Title:
Your Name:
Your Email Address:
Additional Comments:
 

 

Categories

© Copyright 2011–2018 Morgan Around the World All rights reserved.
made by: Rajat and Lukas